[Accueil] [Contexte] [Sites de mesure] [Paramètres mesurés] [Alpes] [Andes] [Antarctique] [Recherche] [Perspectives] [Equipe/Partenaires] [Photos]





PERSPECTIVES de GLACIOCLIM :

[GLACIOCLIM - Himalaya] [Processus turbulents] [Télédétection] [GLACIOCLIM - Alpes]

 

 

GLACIOCLIM - Himalaya :

* De façon à couvrir le plus possible de zones géographiques et de climats, il serait particulièrement intéressant d' intégrerà ce réseau GLACIOCLIM, un glacier himalayen. Aussi, l'Unité GREAT ICE (IRD) a-t-elle intiée un programme de suivi d'un glacier dans l'Himalaya indien (Région du Lahaul et Spiti) en 2002 avec l'appui d'un partenaire indien (Université de New Delhi, JNU). A ce jour, nous disposons de 3 années de bilan de masse sur le glacier Chhota Shigri (32°N, 6262 – 4050 m, 11 km²) et nous espérons que ce programme va se poursuivre pour intégrer à plus ou moins brève échéance ce glacier dans le SO GLACIOCLIM.

 

Processus turbulents :

* Entre 2006 et 2009, dans le cadre de l'ANR Jeunes Chercheurs TAG (Turbulence et Ablation Glaciaire – JE Sicart – 125 k€), de nombreuses campagnes de mesures ont été menées sur le glacier de Saint Sorlin, de Zongo et à Cap Prud'Homme pour analyser la strucure de la couche limite de surface au dessus de surfaces glaciaires.Ce projet qui vise à mieux documenter le bilan d'énergie au dessus des glaciers entre complètement dans le cadre de Glacioclim et va permettre de mieux comprendre les processus de l'ablation glaciaire.

 

Télédétection :

Utilisation des images satellitaires  

Actuellement, les variations d'épaisseur des glaciers et les bilans cumulés sont contraints (et validés) par les restitutions photogrammétriques (de clichés aériens) à un rythme quinquennal. Les progrès des capteurs des satellites nous incitent à utiliser les images satellitaires pour acquérir ces données. Des expériences menées sur la Mer de Glace en 2003 et 2004 (Berthier et al., 2004, Figure ci-dessous) semblent prometteuses. Pour valider totalement ces premiers résultats, nous envisageons pour les prochaines années d'acquérir les images satellitaires SPOT sur nos différents massifs. Si cette méthode donne de bons résultats, elle pourra devenir rapidement opérationnelle.

Comparaison des changements d'épaisseur de la Mer de Glace entre 2000 et 2003 déduit de photographies aériennes (gauche) et d'images SPOT (à droite). Adapté de Berthier et al.(2004)

 

Perspectives de GLACIOCLIM-ALPES :

 

Nouvelles observations météorologiques pour comprendre les relations entre les bilans de masse glaciaires et les variables météorologiques :

En ce qui concerne l'évolution climatique, nous avons pu montrer au cours de ces dernières années, grâce aux plus longues séries d'observations dans les Alpes, (i) que les variations de bilans de masse montraient un signal climatique commun sur l'ensemble des Alpes (Figure ci-dessous), (ii) que les bilans de masse hivernaux et estivaux étaient des paramètres très pertinents pour l'étude des précipitations hivernales et des flux d'énergie en surface (Vincent et al. 2004).

Bilans de masse cumulés (variations d'épaisseur moyenne) en mètre d'eau de différents glaciers alpins. A) bilans de masse cumulés pour 5 glaciers autrichien, suisse et français,B) bilans de masse centrés cumulés des mêmes glaciers (plus Claridenfirn) ajustés sur la tendance de St Sorlin. Ces résultats montrent que les glaciers enregistrent un signal climatique commun sur l'ensemble des Alpes (Adapté de Vincent et al., GRL,2005).

Pour comprendre physiquement les relations entre les fluctuations du climat (flux d'énergie, précipitations) et les variations des glaciers (bilans de masse), nous devons étendre notre réseau d'observation : dans cet objectif, de nouvelles mesures météorologiques vont être mises en place sur 2 glaciers du Service d'Observation (proposition dans le cadre du SO GLACIOCLIM). L'installation de stations automatiques en bordure des glaciers ainsi que des campagnes ponctuelles intensives à la surface des glaciers vont nous permettre d'accéder aux précipitations, aux bilans d'énergie ainsi que leurs variabilités spatiales et temporelles (mesures des températures, humidité, vitesse de vent, radiations solaires et thermiques). Une attention particulière sera portée à l'albédo et à sa variabilité (albédomètres, dispositif de prises de vues automatiques et restitution, télédétection). Les glaciers de Saint-Sorlin et Argentière vont être équipées au cours de l'année 2005/2006, avec le soutien de Patrick WAGNON de l'IRD . Ces observations seront réalisées suivant le même protocole que celles des autres composantes du SO. Ce programme d'observation des flux d'énergie sera conduit par Delphine SIX.


*
En 2009, notre observatoire GLACIOCLIM est totalement opérationnel dans les Andes et en Antarctique ainsi que dans les Alpes. Les glaciers d'Argentière et de Saint Sorlin sont désormais équipés de stations météorologiques qui permettent de calculer les bilans de masse ainsi que les vitesses d'écoulement de ces glaciers. Ces paramètres étant disponibles sur ce lien : Base de données

 

 

 
retour haut de page